Le stress … et le verre

LE STRESS ET LE VERREJe vous propose en ce dimanche après-midi de lire ce petit texte tout à fait pertinent et ludique ! La comparaison est intéressante et nous permet de prendre conscience du poids de nos pensées et de nos ruminations. N’oubliez jamais que vos pensées ne sont que des pensées que nous fabriquons avec des mots… Posez-vous la question de leur réalité, de leur consistance et comment ou pourquoi vous les autorisez à « vivre » à l’intérieur de votre tête.

Alors, chaque fois que vous les sentez présentes, lourdes et gênantes, en effet « déposez le verre » ! Et pensez à respirer lentement, profondément, en laissant les tensions corporelles et mentales glisser vers le bas, voire s’échapper !

L’empathie esthétique

L'EMPATHIE ESTHETIQUEL’empathie esthétique ?... Et bien oui, comme Monsieur JOURDAIN, il vous est arrivé, j’en suis convaincue, d’écouter une musique, de regarder un tableau, d’écouter une pièce de théâtre et de vous sentir en harmonie parfaite avec cette oeuvre. Vous avez ressenti des émotions apaisées, joyeuses, énergiques… Et bien c’est cela l’empathie esthétique… et ça marche !

Notre cerveau va se transformer et ce contact émotionnel avec l’oeuvre d’un créateur a des vertus thérapeutiques telles que certains d’entre nous sont transportés et découvrent une dimension spirituelle qui les changent à jamais !

Ces oeuvres « inspirantes » peuvent nous conduire à faire bouger les lignes de notre vie, lorsqu’elles sont parfois trop pesantes et à diminuer état dépressif.

« Dans ce livre, Pierre Lemarquis nous propose de vivre une expérience esthétique inouïe et de nous fondre dans les fresques de Michel-Ange à la Sixtine, sous le regard amusé de Mozart.

Pierre Lemarquis est neurologue, membre de la Société française de neurologie, de la Société de neurophysiologie clinique de langue française et de l’Académie des sciences de New York. Sérénade pour un cerveau musicien et Portrait du cerveau en artiste, ses deux précédents ouvrages, ont été de grands succès. « 

Je ne peux que vous recommander de vous laisser aller à cette lecture et à trouver l’oeuvre visuelle, auditive, gustative, kinésthésique, olfactive qui vous projettera dans un nouveau « monde » qui vous appartiendra ! Cette « vivance » des sens et cette harmonie du corps et de l’esprit est bien sûr l’un des piliers de la sophrologie… alors, là non plus, ne vous en privez pas !

Joyeux bon bout d’an !

Growth« Etre vrai, oser l’abandon plutôt que la lutte, voilà qui me guide dans l’existence, où jamais nous ne pouvons nous installer. Pour demeurer fidèle à soi, pour vivre une authentique simplicité du coeur, tout un art est requis. Comment s’abandonner à la vie sans baisser les bras ? Comment goûter la joie sans nier le tragique de l’existence ? Comment traverser le découragement sans devenir amer? … car le bonheur ne procède pas de l’accumulation mais du dépouillement. C’est la joie qui mène au détachement et non la privation. … »

Alexandre Jollien « Petit traité de l’abandon »

Image

Continuez à rester libres et debouts !

martin luther king

L’esprit est si simple …

Growth« Nous prenons les choses de manière trop personnelle.
Plus nous nous accrochons au moi, plus il y a des problèmes.
Pas de moi, pas de problèmes. »
Maître Loka

 

Une si jolie pensée extraite du blog de Matthieu Ricard et bien sûr à méditer !

A propos de l’entraînement en sophrologie

noten« Lorsque nous faisons une chose pour la première fois, cela intéresse le moi ; lorsque nous répétons cette même chose des dizaines de fois, cela l’ennuie ; si nous la refaisons des milliers de fois, cela le transforme.(…) Lorsque le geste est intégré, il est nécessaire d’y mettre de la conscience, de vivre pleinement l’instant présent, pour que se produise un réel enrichissement et progressivement un dévoilement de la conscience. Il s’agit de vivre ce geste comme si c’était la 1ère fois (…) L’habituation va permettre de ne plus être fasciné par la nouveauté, elle va permettre de nous libérer de l’exécution (…) pour vivre pleinement les sensations, pour porter un regard neuf sur ce que nous sommes en train de vivre (…) Alors l’habituation (…) transforme. (…) De plus, l’entraînement régulier permet d’exercer sa volonté. Décider de se donner du temps est déjà un pas sur le chemin de la réalisation de soi. Et dans ce moment de liberté que l’on s’accorde (autre lecture de ce que certains nomment une contrainte), la conscience peut s’ouvrir, s’élargir ».

B.SANTERRE, « A propos de l’entraînement », Actes du colloque de la Société Française de Sophrologie en 1995, Approches expérimentales des chemins initiatiques d’Orient et d’Occident, Les éditions Du Prieuré.

Prenez ce temps pour  vous recentrer en pleine conscience.

Bon dimanche !

Le moment présent !

WinniEn cette fin d’année, prenons exemple sur Porcelet … C’est si bon d’être juste dans le moment présent, dans « Aujourd’hui » !

(source page Facebook de Roger Carel)